Interview n°47 : Laetitia

 

  • Peux-tu te présenter?

Je m’appelle Laetitia, j’ai 29 ans et j’habite Angers.

 

  • Quel lymphome as-tu?

J’ai un lymphome composite : 9,99g de Hodgkin + 0,01g de lymphome B diffus (allias Le cousin).

 

  • Quand et comment as-tu découvert la maladie?

En ce début d’année 2018 j’étais fatiguée, très fatiguée et j’avais cette gêne légère et indolore surtout au fond de la gorge. C’est à l’occasion d’un rdv avec un médecin qui n’est pas mon médecin traitant en Février que j’aborde le sujet. Elle m’examine et me prescrit une échographie pour vérifier ma thyroïde. Cette échographie va changer ma vie..
Ma thyroïde va merveilleusement bien mais mon cou est envahi de gros ganglions! Ce sont enchaînés scanner, prise de sang, prélèvement d’un ganglion et biopsie.
On est début Mai, j’ai la maladie de Hodgkin et me voilà soulagée, je sais ce que j’ai et je vais pouvoir me battre.

 

  • Quel traitement as-tu eu?

J’ai eu 4 cycles d’ABVD* auxquels on rajoutait des anticorps au J1 pour affaiblir le cousin, soit 8 chimio en tout. On m’a parlé de radiothérapie mais ça se décidera après les prochains examens.

 

  • Comment est-ce que ça s’est passé pour toi?

La première chimio a été une des plus difficiles car je ne savais pas comment mon corps allait réagir. Je n’ai pas dormi pendant 3 jours, ma bouche a été envahie d’aphtes du jour au lendemain et mon transit s’est presque mis sur pause.
On a pu par la suite anticiper ces réactions et les suivantes ont été plus faciles. J’étais mal pendant 4/5 jours et après j’étais en forme pendant une semaine.
Le lendemain de ma 2ème chimio, mes cheveux ont commencés à tomber dans ma douche. Dès que je passais mes doigts dedans j’en arrachais, c’était très difficile. Au bout de 3 jours j’ai décidé de tout raser! Je l’ai fait toute seule chez moi et j’ai eu du mal à donner le premier coup de tondeuse mais, une fois lancée ça a été. Et même si c’était étrange de se voir sans cheveux, je me suis trouvée jolie, différente mais féminine.
Les dernières chimio étaient compliquées dans le sens où je savais que j’étais en rémission complète mais il fallait quand même continuer et le ras le bol commençait à se faire ressentir.
Mais dans l’ensemble je me trouve plutôt chanceuse, je n’ai jamais été vraiment malade et ça n’aura pas duré si longtemps que ça (4 mois).

 

  • Comment as-tu vécu cette période?

Au début j’étais véritablement en mode guerrière au point de ne pas complètement réaliser le combat qui m’attendait. J’ai commencé le traitement persuadée que j’avais déjà gagné (ce qui m’a aidé j’en suis certaine). J’étais hyper bien entourée et le courage me venait de toute part.
Quand on m’annonce à mi chemin que je suis en rémission complète je suis aux anges (mon entourage aussi évidemment) et je me dis littéralement que je l’ai eu ce foutu cancer et que je l’avais prévenu que je gagnerai !
Mais il faut quand même finir les chimios prévues, le travail n’est pas complètement fini.
La fatigue s’accumule, le cerveau ne comprend pas totalement pourquoi il faut continuer et le moral de guerrière en prend un coup parfois. Grâce à la magie d’internet et des réseaux sociaux, mes copines de combat me remontent le moral et vraiment on se soutient ça fait du bien.
La dernière je l’ai vraiment attendu et elle sonnait pour moi comme le début de la délivrance, fini la fatigue, les désagréments de la chimio et bonjour la repousse de mes cheveux.
Maintenant j’attends avec impatience de faire le TEP scan et scanner de contrôle pour savoir si je fais des rayons ou si la fin est enfin là. Il me tarde de me débarrasser de mon PICC-LINE*, reprendre ma vie et réaliser tout ce à quoi j’ai eu le temps de rêver.

 

  • Est-ce que le lymphome a changé ta vie?

Bien sur le lymphome a changé ma vie. Il a meurtri mon corps et a renforcé mon âme.
Je suis persuadée que rien ne nous arrive par hasard dans la vie. Je ne sais pas toutes les répercussions que ça aura, mais je peux déjà dire qu’il m’a permis de resserrer les liens avec ma famille, il a mis sur mon chemin des personnes extraordinaires, il m’a fait prendre confiance en moi en me privant de mes cheveux et surtout il m’a fait réaliser à quel point la vie est fragile et qu’il est primordial de s’écouter et faire passer son bien-être et sa santé avant TOUT.
Je remercie mon corps, ce héros!

 

Lexique : 

Cathé Picc Line : Cathéter central inséré par voie périphérique. Il est inséré juste au dessus du pli du coude. L’installation se fait en milieu stérile sous anesthésie locale.
Cela implique une surveillance de l’équipe soignante 3 fois par semaine avec changement du pansement stérile au point d’insertion une fois par semaine. Ce système peut rester en place 6 mois voir plus.

ABVD : Validée en 1982, protocole standard de première ligne pour les formes à masse tumorale faible. Le traitement se fait en ambulatoire et permet de guérir la majorité des patients avec une toxicité limitée.
Le protocole se compose de :
– Adriblastine (Doxorubicine)
– Bléomycine
– Vinblastine
– Déticène (Dacarbazine)
Il y a deux perfusions intraveineuses identiques à J1 et J15. L’administration dure environ 3h et se fait en hôpital de jour.

2 commentaires sur “Interview n°47 : Laetitia

Ajouter un commentaire

Répondre à boureau monique Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :